logo-ArapedeArapèdes
associés

croquis-chien blancwww.pierrecarles.org


Pas de Choron au cinéma mk2

À propos de la non-programmation par mk2 de « Choron, dernière », un échange de courriels…


De Pierre Carles à Marin Karmitz :

Choron, persona non grata au MK2

J’ai appris que MK2 ne comptait pas sortir Choron, dernière. Ça me surprend puisque que c’est au MK2 Beaubourg qu’était sorti en 2001 le film que j’ai réalisé sur Pierre Bourdieu, La sociologie est un sport de combat, resté quasiment sept ans à l’affiche dans cette salle. Il me semble que le MK2 Beaubourg était une salle particulièrement indiquée pour sortir Choron, dernière (même mon dernier film, Volem rien foutre al païs, y a été programmé). Essayons donc de comprendre ce qui s’est passé.

Dans Choron, dernière, on découvre un homme qui, comme Bourdieu, est resté relativement droit, intègre, fidèle à ce qu’il a toujours été. On ne peut pas dire autant de Marin Karmitz.
Le réalisateur de Camarades s’activait à l’extrême gauche à la fin des années 60 pour finir aujourd’hui par soutenir Nicolas Sarkozy (« Nicolas Sarkozy a peut-être sauvé France Télévisions !  » a t-il déclaré lorsque Sarkozy a supprimé la publicité le soir sur France 2 et France 3 afin d’offrir une manne publicitaire supplémentaire à ses amis de TF1). Par ailleurs, vous avez programmé dans le réseau MK2 C’est dur d’être aimé par des cons, de Daniel Leconte avec Philippe Val en guest star (autre homme de gauche passé à droite).
Val a reçu le soutien de Bernard Henri Levy. Ils ont monté ensemble les marches du festival de Cannes cette année. BHL est également un proche de Marin Karmitz. Dans Choron, dernière, Val n’est pas à son avantage. On peut légitimement se poser la question de l’autocensure du réseau MK2 à l’égard de Choron, dernière.
Pourquoi sortiriez-vous un film qui déplairait à Val, donc à BHL, et par conséquent à Marin Karmitz ? Officiellement, vous ne prenez pas le film parce qu’il ne vous plait pas. Il semblerait que la réalité se situe ailleurs : le film vous pose problème pour les raisons invoquées ci-haut. Il aurait simplement fallu assumer tout cela au lieu de tergiverser, de faire croire à Marie Demart, de Tadrart films, que vous ne vous ne saviez pas si vous le sortiez, ou que vous ne vous étiez pas encore décidé… D’emblée, c’était tout vu.

Je suis naïf, j’aurais dû me remémorer un épisode passé. En 1998, MK2 n’avait pas voulu passer mon premier film, Pas vu pas pris, de peur de fâcher Canal +, la chaîne de télévision mise en cause dans le film, alors toute puissante. Dix ans plus tard, MK2 récidive en en ménageant Philippe Val, BHL et cie. «  MK2, une autre idée du cinéma  » prétend la publicité. Un cinéma de copains et de coquins ?

Pierre Carles


De Pierre Carles à Bertrand Roger, directeur de la programmation de mk2 :

À propos de la non-programmation par mk2 de mon dernier film, «  Choron, dernière  » (coréalisé avec Martin), j’ai reçu ce mèl de Nathanaël Karmitz en réponse à celui que je vous ai envoyé la semaine dernière.

« Monsieur,

Vos propos sont tout simplement inacceptables. Pour votre parfaite information, nous avons informé votre distributeur depuis cet été que la date choisie était très chargée et que nous étions déjà engagé sur la sortie d’autres films à cette date au mk2 Beaubourg. De plus, et bien que vous ne vouliez pas l’entendre, ce film n’a pas enthousiasmé notre programmateur contrairement à certains de vos précédents films. Manifestement cela vous est difficile à accepter mais cela n’a rien à voir avec vos affabulations et autres théories du complot.

Nathanael Karmitz »

Admettons que je sois un grand paranoïaque. Admettons que ce soit seulement parce que vous n’avez pas aimé «  Choron, dernière  », que ce film ne sera pas à l’affiche du mk2 Beaubourg le 7 janvier 2009. Admettons que je sois un adepte de la «  théorie du complot  » et que les relations d’amitié entre Philippe Val, BHL et Marin Karmitz ne soient pour rien dans la non-programmation de «  Choron, dernière  » au mk2… Admettons.

Si l’on suit le raisonnement de votre directeur, on doit aussi considérer comme «  affabulateurs  » deux autres individus : Marie Demart, la programmatrice de «  Choron, dernière  » (avec Tadrart Films), et Jack Mercier qui a distribué en salles mon premier film, «  Pas vu pas pris  » (avec Cara M).

Marie Demart affirme n’avoir reçu une réponse négative de mk2 pour «  Choron, dernière  » qu’à la mi-décembre 2008 et non pas l’été dernier, comme le prétend Nathanaël Karmitz. C’était, en effet, tout simplement impossible : 3B productions n’a décidé que… fin septembre 2008 de sortir le film. Ce n’est qu’à partir de cette date que Marie Demart a pris contact avec les exploitants, dont vous à mk2. On en peut envisager que deux hypothèses : soit mk2 ment, soit c’est Marie Demart qui raconte n’importe quoi. Je pencherais pour la première.

Autre personne qui me semble difficilement pouvoir être qualifiée d’affabulateur : Jack Mercier, actuellement retraité, qui a laissé le souvenir d’un homme droit et intègre dans le monde de la distribution indépendante. En 1999, il a raconté dans un entretien à «  Charlie Hebdo  » que Marin Karmitz avait refusé de sortir «  Pas vu pas pris  » au mk2 de peur d’indisposer Canal +, mis en cause dans le film. Ses propos n’ont pas fait l’objet d’un démenti de la part de mk2.

Aujourd’hui, vous continuez d’entretenir l’illusion que mk2 serait un «  petit  » de l’exploitation cinématographique, défendant le cinéma indépendant, se battant pour «  une autre idée du cinéma  ». Je ne suis pas le seul à penser que la réalité est tout autre. Voici ce qu’écrivait un lecteur du «  Monde  » le 14 décembre 2008 :

« J’ai connu Marin Karmitz [cinéaste, producteur, exploitant, distributeur et fondateur de MK2, membre de la commission Copé sur l’avenir de la télévision publique] au Moulin d’Andé quand il tournait Coup pour coup [en 1972] dans l’usine Blin & Blin à Elbeuf-sur-Seine. J’y jouais les figurants avec d’autres pour faire «  l’ouvrier  » du textile en guerre contre leur patron. À cette époque, Marin était du côté de la révolution. Aujourd’hui, il trouve que Nicolas Sarkozy, le fossoyeur de Gaz de France, bientôt de La Poste, le bon ami du Medef, «  a peut-être sauvé France Télévisions.  » [Le Monde du 9 décembre] Tout est dans le peut-être… parce que ça n’est pas certain ?

JEAN-PIERRE J. »

En octobre 2002, au moment de la sortie de mon troisième film, «  Enfin pris ?  », j’avais qualifié Marin Karmitz d’«  imposteur  » dans la revue de cinéma «  Repérages  ». En représailles, mk2 avait retiré le film de ses salles. Avec «  Choron, dernière  », l’histoire se renouvelle. De père en fils.

Pierre Carles


Soutenez le site

en achetant le DVD
« 10 petits films pour Strip-tease »

Ou par chèque, à l’ordre de : Arapèdes associés, au 73 bis impasse des Palmiers, 83140 Six-Fours.
Par virement bancaire, pour cela, contactez-nous
Merci pour votre soutien !

Le DVD : 28 €
DVD + clé USB : 48 €
Soutien : montant libre